Résumé

schemaLa virtualisation occupe aujourd’hui une place importante dans les entreprises car elle permet de répondre de manière évolutive à leurs besoin tout en leurs assurant sécurité et gestion optimale des infrastructures informatiques.
Le séminaire «VMware Symposia 2007» a été organisé pour permettre aux experts, responsables, analystes et partenaires d’échanger et partager leurs expériences et leurs points de vu concernant la virtualisation. Cette journée a permis de découvrir la virtualisation comme solution économique et flexible permettant de gérer les postes de travail et les plans de récupération d’urgence.
VMware propose des solutions d’infrastructure virtuelle pour les systèmes standards du marché. Il compte parmi ses clients les plus grandes sociétés internationales car il leurs assure simplification, puissance et sécurité.
Nom de l’auteur: Rodriguez Tiphaine
Date de rédaction: 02/07/2007

VMware Symposia 2007
Carrousel du Louvre – Paris – Jeudi 14 Juin 2007

La virtualisation occupe aujourd’hui une place importante dans les entreprises car elle permet de répondre de manière évolutive à leurs besoin tout en leurs assurant sécurité et gestion optimale des infrastructures informatiques.

Le séminaire « VMware Symposia 2007 » a été organisé pour permettre aux experts, responsables, analystes et partenaires d’échanger et partager leurs expériences et leurs points de vu concernant la virtualisation. Cette journée a permis de découvrir la virtualisation comme solution économique et flexible permettant de gérer les postes de travail et les plans de récupération d’urgence.

VMware propose des solutions d’infrastructure virtuelle pour les systèmes standards du marché. Il compte parmi ses clients les plus grandes sociétés internationales car il leurs assure simplification, puissance et sécurité.

Evelyne Bourderioux, Directeur Comptes Stratégiques à VMware, a ouvert la session. Le virtualisation est une solution complexe des postes de travail au Datacenter. De nombreux tests et développements ont été effectués s’adaptant ainsi aux environnements de production et permettant la continuité de services. Nous rentrons petit à petit dans l’ère de l’informatique écologique.

Steve Herrod, vice Président Recherche & Développement à VMware, a été le premier intervenant. VMware a été fondé en 1999 et compte aujourd’hui plus de 3000 employés et plus de 4 millions d’utilisateurs. Les objectifs de l’entreprise sont d’atteindre 30 millions de serveurs d’ici 2010 ainsi que d’avoir une croissance de plus de 700% en 15 ans.

François Murez, Responsable Exploitation à la Société Générale, est venu nous faire part de son témoignage en tant que client de VMware. La Société Générale utilise la virtualisation pour la messagerie électronique. C’est une société de 122000 salariés répartis dans 77 pays. Trois grands métiers la composent : réseau de détail et services financiers, gestion d’actifs et services aux investissements et banque de financement et d’investissement. Elle est d’ailleurs la troisième banque dans la zone euro. La situation initiale était que la messagerie devenait de plus en plus un outil Business et BlackBerrys avait été mis en œuvre pour les connexions hors heures œuvrées. Pour la mise en place de la Virtualisation Messagerie, le choix d’architecture a d’abord été effectué. Il n’y a pas eu de changement dans les infrastructures SAN, ce qui fait qu’il n’y a pas eu de migration de données et aps d’impact sur le plan de secours. Il n’y a pas eu non plus de changement de serveurs. L’équipe du projet est constituée d’experts SG VMware au support Exploitation de très bon niveau. Cela était essentiel pour les paramétrages initiaux et les procédures d’installation. Elle est aussi composée de support VMware pour les paramétrages et de support EMC ainsi que de l’assistance d’une société conseil sur VMware pour la prise de mesure et de formalisation des résultats. Le bilan que peut faire la Société Générale, aujourd’hui, est relativement bon. Elle compte 133 machines sur 40 serveurs physiques pour la production et l’homologation. Au total, 93 machines n’ont pas eu besoin d’être achetées. Les coûts concernant l’infogérance ont réduits et de nombreux services sont couverts : messagerie, antivirus, impression, télédistribution, inventaire et applications métiers avec des plans de reprise.

Willy Tagliavini, responsable des infrastructures de production en Région Rhône-Alpes, est venu nous témoigner de la mise en place de la virtualisation dans la région. La région compte 8 départements, 3000 communes, 6millions d’habitants. Avec la décentralisation, les régions se sont vu détenir de nombreuses compétences telles que l’éducation, les transports, les formations professionnelles ou encore l’action économique. Concernant les infrastructures informatiques de la région Rhône-Alpes, le constat est le suivant :

  • – Parc important de serveurs hétérogènes et gestion complexe. Il y a 13 serveurs Unix de 5 générations et 100 serveurs Windows de 8 générations. Il y a donc une multitude de technologies.
  • – Impossibilité de répondre aux demandes et montées en charges conséquentes et rapides.
  • – De nouveaux besoins apparaissent tels que la création de différents environnements
  • – Il y a un sous-emploi des ressources matérielles

Les objectifs de la région sont donc nombreux comme la mutualisation des ressources, le ralentissement des achats de serveurs, répondre rapidement aux demandes urgentes, la simplification de la gestion des infrastructures, l’homogénéisation des infrastructures et la mise en œuvre rapide de nouveaux produits. Pour cela, il a été décidé de mettre en œuvre un outil de virtualisation pour 23 serveurs permettant l’optimisation des ressources matérielles, la simplification de l’affection des applications sur les machines et l’offre d’une nouvelle agilité. L’architecture IBM a été choisie car c’est une architecture nouvelle et il y a possibilité de compléter la virtualisation. Les constats de ce projet ont été assez mitigés car il y a eu des accidents de démarrage, des problèmes techniques, l’architecture étant trop récente manque de maturité. Mais en février 2007, il y a enfin eu un retour de situation stable. L’exploitation gagne en souplesse, en modularité, en performance, en mobilité et en sécurité. Le nombre de serveurs lui n’évolue pas.

Stéphane Nègre, Directeur Solutions Logicielles EMEA chez Intel est intervenu pour parler des enjeux de performance. Aujourd’hui, il y a une recherche perpétuelle par les entreprises d’une allocation optimale et dynamique des ressources. C’est pourquoi, il faut des plateformes plus robustes constituées de verseurs virtualisés avec un support Hardware et permettant la mise en place de réseaux. Le processeur Quad-Core Intel Xeon permet plus de performances, moins de surface, plus de technologies, moins de risques, permettant davantage avec moins. Ce processeur a été conçu pour la virtualisation. Le Benchmark est utilisé pour stimuler les performances des serveurs dans un environnement virtualisé (database, mail, web Java). Intel et VMware travaillent ensemble pour permettre l’utilisation de VMotion quelle que soit le type et la génération des processeurs Intel. Cela permet donc un équilibrage de charge, une reprise d’activité et de maintenance. Il y a de constantes innovations au sein des plateformes Intel. Intel et VMware allient le meilleur du Hardware et du Software en matière de virtualisation.

Enfin, Alain Pétrissans, Directeur Etudes et Conseil à IDC France, était le dernier intervenant de cette session. La plate-forme virtuelle permet d’exploiter les ressources physiques disponibles et les options de consommation pour servir au mieux une charge variable. La virtualisation est aujourd’hui considérée par les entreprises comme une technologie traditionnelle. Les informaticiens ayant déjà mis en place des serveurs virtualisés sont très optimistes sur l’évolution de leur utilisation. Les avantages de la virtualisation sont nombreux :

  • Réduction des coûts d’exploitation, de la consommation d’énergie et des dégagements de chaleur ainsi qu’une réduction du personnel IT
  • Amélioration de la disponibilité : amélioration du cycle de vie des applications et des processus de réponses aux pannes,
  • Meilleure gestion des applications : réduction des coûts de licences, des supports d’application,
  • Amélioration de la réactivité aux enjeux métiers,
  • Consolidation de l’IT : réduction du nombre de serveurs, regroupement physique des serveurs pour une meilleure gestion,
  • Consommation d’énergie et dégagement de chaleur: meilleure approche environnementale

La virtualisation est une solution permettant d’améliorer la performance financière des infrastructures et des équipes. Elle s’applique à de nombreuses problématiques. Elle répond, par exemple, aux besoins de continuité de métiers.

Cette journée a été sponsorisée par Intel, Fujitsu Siemens Computers, EMC, HP et IBM.