francophonie RVNJe ne sais si vous avez tous pu prendre connaissance du rapport English Next que vient de publier le British Council: selon ce rapport en effet, la prédominance de l’anglais commence à diminuer la compétitivité du Royaume-Uni et des Etats-Unis. Vous trouverez l’intégralité du rapport ci-joint. Il arrive souvent que nos amis britanniques soient à la fois plus perspicaces et plus autocritiques que nous ne savons le faire! L’étude présentée par David Graddol conclut d’ailleurs, comme vous le verrez, que « les diplômés anglais unilingues sont confrontés à un avenir économique sombre car les jeunes multilingues qualifiés affichent un avantage compétitif sur les jeunes britanniques au sein des entreprises et des organisations internationales. » Selon le rapport, tandis que de nombreux pays ont introduit l’anglais dans leur cursus scolaire, les enfants et étudiants britanniques ne sont pas encouragés à apprendre d’autres langues…D’ici à ce que les écoles anglaises versent dans le plurilinguisme, tandis que les nôtres – écoles commerciales notamment – visent à des cours pour l’essentiel en anglais… : notre débat à Timisoara sera aussi un débat sur notre cécité et notre incapacité à regarder le positionnement et les analyses des autres aires culturelles contemporaines ; si nous savons le faire dans un avenir proche et surtout en tirer immédiatement toutes les conclusions, la bataille du plurilinguisme et donc de la francophonie n’est nullement perdue.

Le rapport indique en outre clairement que la prédominance depuis des décennies de l’anglais pourrait décliner à l’avenir en raison d’évolutions internationales multiples, d’ordre économique, technologique et culturel. L’affaiblissement de l’anglais en tant que langue du marché mondial pourrait affaiblir à son tour l’avantage compétitif du Royaume-Uni et des Etats-Unis. Cette situation pourrait affaiblir la force relative de la langue anglaise sur les marchés internationaux de l’éducation car la demande pour un enseignement de l’espagnol, de l’arabe et du mandarin augmente et les entreprises internationales externalisent de plus en plus leurs activités dans d’autres langues comme le japonais, le français et l’allemand.

Très curieusement, les acteurs de la francophonie n’ont à ce jour nullement mesuré l’impact de ce récent rapport dans les médias. On se reportera sur ce point à des sites comme :

http://english.people.com.cn/200602/18/eng20060218_243850.html
Je pense que de telles analyses devraient nous permettre de bien préparer nos analyses et surtout nos préconisations.

Laura Garcia Vitoria