Art – Education – Nouvelles Technologies

«Art Éducation Nouvelles Technologies» est lancée à la demande du Ministère de l’Éducation français en 1996 sous forme de consortium pour une économie territoriale de la connaissance.

Elle a donné naissance, aux cotés du Réseau européen des Villes Numériques, à la Fondation des Territoires de Demain

Elle a dirigé du côté français le projets européens: MOSAIC (Trans-European Telecommunications Networks – INFSO) et Weest  (Direction Éducation Culture de la Commission Européen).

Club d’Analyses prospectives (CAP)

Le Club a été crée pour appuyer l’action du Réseau européen des Villes numériques, de l’ONG ARENOTECH et de l’Observatoire européen des Espaces d’innovation.
Son objectif a toujours été de permettre aux décideurs d’horizons divers d’une part, chercheurs et créateurs d’autre part de se rencontrer et d’échapper au double défi des impacts sociétaux de l’usage des réseaux: celui d’une mémoire de plus en plus nécessaire et présente, celui d’autre part d’une prise en compte des technologies déjà présentes dans les laboratoires et qui nous permettent aujourd’hui une certaine visibilité sur les années 2010.
A une échelle plus éloignée dans le temps, le Club a participé au groupe de réflexion «Internet Society 2020» créé à Bruxelles à l’automne 2000, ainsi qu’à plusieurs autres groupes de réflexion attachés à prendre en compte l’horizon 2030.
Il s’attache tout particulièrement à tenter de préciser l’évolution future de l’économie et des territoires de la connaissance. Son objectif premier en tout cas est de porter, à partir de ses analyses, un regard neuf sur de nouveaux et indispensables processus institutionnels, intellectuels et sociaux de transmission des savoirs et de partage des connaissances.

Observatoire des Espaces d’innovation ouverte et disruptive

Qu’entendre par le vocable d’espace multimédia ?  des lieux qui ont le plus souvent vocation à être ou à devenir plurifonctionnels et dont il conviendra de suivre avec attention le développement futur. Au travers des réseaux sans fils et des divers terminaux mobiles, sans compter les usages des technologies embarquées, ce sont aussi une grande partie des espaces publics – professionnels, commerciaux ou culturels – qui tendent à devenir de véritables d’espaces ouverts. Nombreux sont les exemples à Stockholm, Vienne ou Tokyo qui illustrent cette approche qui commence à susciter un véritable intérêt de la part des urbanistes et des aménageurs.
Enfin, les espaces de innovation tendent à se transformer eux aussi en espaces consacrés à l’innovation ouverte et de rupture.
Il convient donc d’en prendre acte dans les analyses qui seront celles de l’Observatoire européen des espaces d’innovation intégralement ou partiellement dédiés, espaces publics et territoires domestiques ou de voisinage.

image014