schema

Nom de l’auteur: André Rouchèz

Date de rédaction : 03/07/2007

ATELIER NUMÉRIQUE

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 20 JUIN 2007

PARTICIPAIENT : Stéphane Kaminsky, André Jean-Marc Loechel, Philippe de Myttenaere, Jean-Claude Morel, André Rouchès, Jean-Marie Stiffel, Frédéric Tual.

EXCUSÉS : Hervé Heully, Cécile Parisot.

Jean-Marie STIFFEL ouvre la séance à 10h30 dans la salle A de l’Hôtel de Ville. Chacun des participants se présente. André Jean-Marc LOECHEL est président du Réseau européen des villes numériques, en cours de transformation en fondation.

Il a été invité à la suite des IV Rencontres Entreprises & Territoires organisées au Sénat le 11 mai 2007 par la Faculté d’administration et d’échanges internationaux de l’Université Paris XII et auxquelles participait André ROUCHÈS pour le compte d’A&C.

1 – ADOPTION DU COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 30 NOVEMBRE 2006

Le compte rendu de la réunion du 30 novembre 2006 est adopté. Il est rappelé qu’une réunion générale des membres d’Affaires & Convivialité sur les projets d’outils numériques a eu lieu le 19 décembre 2006. Le compte rendu de cette réunion a été diffusé.

2 – ADOPTION DES PROPOSITIONS DU GROUPE PRÉPARATOIRE

André Rouchès donne lecture du compte rendu de la réunion préparatoire du 4 juin 2007, en particulier du point 2 relatif aux principes d’action proposés – augmentation de la fréquentation, fidélisation des membres et développement du panier moyen – et du point 3 concernant la déclinaison de la politique de communication selon les 3 cibles de l’association : partenaires publics, TPE et grands comptes.

Le groupe préparatoire propose à l’atelier de définir le texte fondateur, d’achever le dépliant, d’améliorer les supports existants (blog, newsletter, logotype), de s’attacher à créer le site internet et le wiki, de créer un atelier d’affaires et enfin d’engager un marketage des évènements à venir.

L’atelier adopte les propositions du groupe préparatoire.

3 – TESTER LE DÉPLIANT

Il est convenu de tester le projet de dépliant auprès de quelques entreprises pour solliciter leurs observations concernant le texte et la présentation de ce dernier. Il sera aménagé afin d’être utilisée lors du prochain évènement du 18 septembre 2007 sur la transmission d’entreprises. Bien entendu les contenus et les graphismes des supports écrits devront être coordonnés avec ceux des supports numériques.

4 – DÉCLINAISON DU LOGOTYPE

Après un intense et utile débat il est admis qu’A&C réunit des acteurs du développement économique et est destinée à devenir un réseau d’antennes territoriales et d’ateliers thématiques. En conséquence il est proposé la déclinaison suivante :

  • Les acteurs du développement économique devenant la ligne de base du logotype d’Affaires & Convivialité,
  • Antenne de Saint-Mandé et de l’Est parisien, puis ultérieurement Antenne de Bourgogne… apparaissant en bas de page des documents inhérents à l’activité de ces entités géographiques,
  • Atelier numérique, Atelier externalisation, Atelier transmission, Atelier de recommandations d’affaires…apparaissant en base de page des documents inhérents à l’activité de ces entités thématiques.

5 – LES OUTILS NUMÉRIQUES

  • Innover. Le site Web d’Affaires & Convivialité sera innovant. Il intègrera de la cartographie numérique, de la 3V, de la vidéo et servira à promouvoir les services, produits et prestations des entreprises membres et des partenaires d’Affaires & Convivialité, à développer l’attractivité de l’association auprès de l’ensemble des acteurs économiques et territoriaux ainsi que du public et de la communauté enseignante.
  • Expérimenter. L’ensemble des outils numériques de l’association (Site Web, blogs, wiki, newsletter…) constituera un lieu permanent d’échange et d’expérimentation au service des acteurs institutionnels, territoriaux et économiques, en particulier au profit des TPE.
  • Se répartir les tâches. Il est convenu de répartir les tâches pour promouvoir les supports numériques existants (Blog, newsletter) et à créer (Site Web, wiki). Stéphane Kaminsky prend en charge la coordination des référencements, Frédéric Tual celle des questions de graphisme, et Jean-Marie Stiffel et André Rouchès celle des contenus.

6 – INTERVENTION D’ANDRÉ JEAN-MARC LOECHEL

Comme convenu, après avoir écouté le débat entre les membres de l’atelier, André Jean-Marc LOECHEL fait part des observations suivantes :

SUR LE PROJET LUI-MÊME

  • L’ancrage au territoire est déterminant. L’arrimage territorial d’Affaires & Convivialité est une forte réalité. C’est son atout. Il n’est pas possible de réussir le développement économique sans être ancré à un territoire. C’est aussi la condition pour bénéficier des soutiens financiers publics, notamment de l’Union européenne.
  • Le numérique démultiplie la reconnaissance. Affaires & Convivialité génère du sens et de la reconnaissance, de l’adhésion grâce à son réseau relationnel de type neuronal. En misant sur le numérique l’association se donne les conditions de mettre en relation un maximum de partenaires, y compris éloignés physiquement. Sa déclinaison géographique et thématique facilite les connexions à moindre coût et justifiera aisément les contreparties de l’adhésion.
  • L’expérimentation est un atout. Les outils numériques démultiplieront la visibilité de l’association, de ses membres et partenaires. Le caractère expérimental de l’atelier numérique ajoute à la crédibilité du réseau qui dispose ainsi de son « garage » permanent.

SUR LES OUTILS Á UTILISER

  • Le Forum. Cela ne marche pas. Nous avons l’exemple de celui du Conseil de l‘Europe qui est un échec.
  • Le Wiki. A l’instar du Wikipédia cet outil appliqué à une ville ou à un territoire est un succès. C’est la notion de ville de la connaissance, de cartographie de la connaissance. Il s’agit de tout dire sur la ville et par voie de conséquence tout dire sur les entreprises, ce qu’elles font. C’est une vitrine.
  • La Géowebisation. Cet outil permet d’élaborer des plans de blog de quartier, de repérer les lieux d’activités, de recherche…

Jean-Marie STIFFEL lève la séance à 12H30. Jean-Claude MOREL propose de poursuivre le débat pendant le déjeuner.